Mars au féminin : deux titres à retenir

Publier un article sur mes lectures de mars au mois de mai ? J’ai hésité à passer outre mais les deux livres dont j’ai envie de parler méritaient de ne pas faire l’impasse. Le premier était sur ma liste depuis des années, le deuxième s’est frayé un chemin tout en haut de celle-ci en devenant « le » livre à découvrir, celui dont on évoquait le succès à la radio et sur les réseaux en ce début d’année. Et pour cause.

59834400_10218960114175765_8329903893077032960_n

  • Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee

En quelques mots : Atticus Finch élève seul à Maycomb ses deux enfants, Jem & Scout. Avocat, il se retrouve commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche en pleine période de ségrégation raciale dans l’Alabama des années 30.

*

C’est un titre dont j’ai longtemps effleuré les contours, un livre dont j’ai plusieurs fois feuilleté les pages en librairie, en me disant sans cesse « plus tard ».

Je ne sais pas à quoi je m’attendais mais certainement pas à ça. J’ai lu ce livre d’une traite transportée dans cette petite ville d’Alabama, emportée par la fougue et l’impertinence de Scout, la narratrice. J’ai imaginé Maycomb, ses rues, ses habitants, les levers de soleil et leurs habitudes, j’ai lu avec émotion le lien des enfants entre eux, mais aussi avec leur père, la tolérance et l’humanisme de celui-ci, ses valeurs, ses combats. Je n’écrirai pas plus que tout ce qui a déjà été dit, ici et ailleurs, mais je comprends aujourd’hui pourquoi ce livre a connu un tel succès.

Je réitère mon conseil : ne faites pas comme moi, dès que vous le croisez, en librairie, à la bibliothèque, au détour d’une brocante ou d’une boîte à livre, sur les étagères de vos amis, prenez-le et ne le reposez pas. 

« Le courage, c’est de savoir que tu pars battu, mais d’agir quand même sans s’arrêter. »

58886978_10218960113775755_3410793255292370944_n

  • Le Mur invisible, Marlen Haushofer

En quelques mots : Une femme, partie quelques jours dans un chalet de montagne avec des amis, se réveille seule un matin. Un mur invisible la sépare désormais du reste du monde. Au-delà, la vie semble s’être pétrifiée durant la nuit.

*

Pendant près de trois cent pages, la narratrice raconte sa vie au coeur de la forêt autrichienne. Elle raconte  les jours marqués d’une croix sur le calendrier, le réveil dont le tic-tac finit par s’interrompre, les framboises, les violettes, les rhododendrons sauvages, le foehn qui souffle sur les Alpes, les orages des soirs d’été, les almanachs dans la bibliothèque, la migration des oiseaux et la cabane des alpages. Elle raconte comment elle apprend, pas la force des choses, à marcher sans courir, à regarder autour d’elle, à épouser le temps sans le conjuguer au plus vite. Elle raconte surtout Lynx, Bella, Taureau, la chatte, Perle, Tigre, ces animaux dont la solitude a épousé la sienne.

Ce livre est de ceux qui allument des flammes : il ne s’y passe rien, presque rien, c’est infime, ce sont des pas sur les chemins et l’odeur de la pluie, ce sont des ciels gris pâles et des mains couvertes de résine, mais pourtant tout y est infiniment bouleversant.

Et sans que l’on y prenne garde, on le referme sans parvenir à en ouvrir un autre.

Au delà de tout ce que j’ai lu ici sur ce livre, ma libraire a écrit ce post-it apposé sur la couverture : « Le livre que j’emporterai sur une île déserte ». Rien que cette affirmation devrait vous convaincre également, non ?

« A présent, je prends le pas tranquille du paysan, même pour me rendre de la maison à l’étable. Le corps reste détendu et les yeux ont le temps de regarder. Une personne qui court n’a le temps de rien voir. […] C’est depuis que j’ai ralenti mes mouvements que la forêt pour moi est devenue vivante. »

Et vous, avez-vous participé au Challenge Mars au Féminin ? Si oui, quelles ont été vos meilleures découvertes ? Connaissez-vous ces deux titres ?

Les références des livres présentés dans cet article : 

  • Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee, éd. Le Livre de Poche, 2006 (première publication aux éditions J. B. Lippincott & Co. en 1960).
  • Le Mur invisible, Marlen Haushofer, éd. Actes Sud, coll. Babel, 1992 (première publication en VO sous le titre « Die Wand » en 1963).

4 réflexions sur “Mars au féminin : deux titres à retenir

  1. AMBROISIE 3 mai 2019 / 19 h 08 min

    Je ne participe à aucun challenge mais j’ai la valeur de lire beaucoup d’autrices et de me forger une culture féministe. C’est presque philosophique cette envie de remettre les femmes à leur digne place si celles ci procurent au monde des récits et des textes nécessaires. J’ai lu Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur quand j’étais au lycée et je me souviens encore de pas mal de scènes. Très beau livre à mettre entre toutes les mains. Le deuxième est dans ma Pal et je le lirai bientôt. Sûrement lors de mes prochaines vacances pour prendre le temps de contempler avec le personnage principale.

    J’aime

    • uncahierbleu 3 mai 2019 / 19 h 06 min

      Je comprends et suis d’accord avec toi. Je me suis d’ailleurs rendue compte que je lisais bien plus de femmes que d’hommes, même de façon inconsciente. Le challenge est surtout l’occasion de mobiliser celles & ceux qui n’ont pas cette habitude.
      Je te souhaite une belle découverte du Mur invisible, c’est une lecture incroyable.

      J’aime

  2. Kelly ☮ 3 mai 2019 / 20 h 52 min

    Hello Morgane !
    Je ne sais combien de fois j’ai croisé dans ma vie  » Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur « , dans les librairies d’occasion, des les vides greniers, je l’ai même eu dans ma bibliothèque avant de le prêter à une amie que je n’ai jamais eu l’occasion de revoir. Je le croisais et chaque fois je me disais que j’aurais bien le temps de le lire plus tard, ce livre dont j’ai si souvent entendu du bien. Et puis le temps passe, les lectures s’accumulent et on remet à « jamais » tout un tas de livres finalement. Après la lecture de cette chronique, je me dis que le temps est venu d’ouvrir ce livre. Alors merci pour ce joli partage.
    Je ne connais pas le second livre mais je ne crois pas que l’histoire me plairait.
    PS : tes photos sont trés jolies !

    J’aime

  3. Mumu dans le bocage 4 mai 2019 / 9 h 13 min

    Je ne partage pas à des challenges car j’ai déjà tellement à lire, je souhaite garder une certaine liberté dans mes choix de lecture. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est un de mes romans d’apprentissage préféré mais j’ai encore plus aimé Va et poste une sentinelle (la suite). Pour le mur invisible j’en entends beaucoup parlé et en bien ….. je céderais un jour 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s