Quand tout (re)commence

Je suis de celles qui se souviennent des années lycée avec tendresse et nostalgie. Il m’est arrivé d’envier mes dix-sept ans pour la fougue, cette foule de sentiments que l’on dompte pour la première fois, et l’aptitude à penser que les montagnes se déplacent si on y croit. Devant les pages blanches, j’ai parfois eu envie de relire les textes de ces années-là. J’ai songé à ce blog, some words, et j’ai renoué avec l’habitude, presque évidente, de raconter les matins, les soirs, les jours soleil et les voyages.
Depuis plusieurs semaines, je collectionne les surprises et les souvenirs d’un nouvel horizon. J’ai envie de parler des haïkus en trois temps, des livres, de la poésie, de la violence et de la douceur, des mots minuscules et immenses. J’aimerais partager le temps, l’ailleurs, les bribes de ce roman en devenir, les départs et les retours.

Ecrire la richesse du quotidien. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s