J’ai écrit

J’ai écrit il y a déjà vingt ans, dix, hier, et aujourd’hui encore.
J’ai écrit sur des murs blancs, j’ai écrit des poèmes, des rêves, j’ai griffonné dans les marges de mes cours, des lettres à des prénoms que je ne prononce plus, des lignes pour rattraper les songes, et dire, dire le temps, dire les hivers, et ce qu’il restait de ses mains sur mon corps.
J’ai écrit pour taire, crier, j’ai rempli des carnets, des pages de mots d’ailleurs, là-bas, de tickets de métro, de journées de pluie et de fleurs séchées.
J’ai écrit dans le silence des étoiles, les draps en boule contre mes jambes, les larmes au creux de la gorge, j’ai écrit le passé, la colère, les angoisses d’autres matins, les mensonges, les regards pleins de fièvre, j’ai écrit la liberté, la puissance, les cœurs qui cognent et qui renaissent, le désespoir de perdre, et la plénitude d’aimer plus fort.
J’ai écrit, à l’aube et au cœur des nuits noires, j’ai écrit pour éteindre ce qui prenait feu en moi, ou au contraire tout brûler.

J’ai écrit et, toujours, je récidive.

95658606_247660519922268_1574790849030520832_o