Dix hivers après la nuit

Je roulais, plein phares, entre nocturne et symphonie. La sonate au clair de lune emplissait le silence de la nuit. Je me suis mise à compter, sans réfléchir, les années qui me séparaient des poèmes d’un autre temps. Mes yeux s’habituaient à l’obscurité et, le volant d’une main, j’ai murmuré « dix ans ». Je me suis revue à seize, sur les bancs du lycée, entre la scène de théâtre, les pièces de Corneille, de Musset, et les cahiers griffonnés.

Lire la suite